Catégorie Formes urbaines

Comment les formes spatiales sont recomposées, redessinées, par la mutation numérique ? Pour reprendre l’ouvrage de Jean Marc Offner et Denise Pumain, le territoire est « tout autant mobilisable pour exprimer la matérialité géographique que pour rendre compte d’un domaine de la pensée ». Il n’est pas, mais devient ce qu’il est par les dynamiques qui l’organisent, flux humains, politiques et autres activités. L’évolution du numérique, des médias et des technologies, modifient radicalement la notion de territoire telle qu’elle pouvait être interprétée auparavant. Lorsque hier le territoire se traduisait par un espace géographique mesurable soumis à des réalités économiques, politiques et sociales, aujourd’hui, la notion de territoire n’est plus abordée sans l’implication des réseaux. Ces réseaux la modifient profondément et entraînent une nouvelle conception, celle d’un espace dématérialisé. Cette évolution de signification du territoire n’est pas sans toucher la notion de frontière. Aujourd’hui elle délimite un champ de savoir, elle différencie, elle précède la notion de concept. C’est l’accomplissement de mise en scène physique et symbolique qui mène à la mise en scène des frontières. Peut-on parler d’organisation du territoire ou de construction imaginaire de celui-ci ? L’occasion d’aborder ces évolutions liées à la numérisation avec notamment celles que l’on appelle smart cities.